Nos revendications

Un CDI pour tous et tout de suite, sans discriminations!

Car le CDI est aujourd’hui le contrat de travail le plus sur, celui qui nous garantit une certaine stabilité de l’emploi afin de pouvoir faire des projets d’avenir, celui qui nous permet de défendre au mieux nos droits de travailleuses et de travailleurs et de nous investir dans l’exercice de nos droits syndicaux contre l’exploitation patronale. Marre des contrats précaires (Intérims, CDD, temps partiels imposés,…) qui nous mettent en concurrence avec les autres travailleurs!

A travail égal – Salaire égal!

Aujourd’hui le salaire minimum est insuffisant, nous voulons une revalorisation conséquente des revenus des secteurs à bas salaires, souvent constitués majoritairement de femmes, tels que le secteur du nettoyage ou des titres services. Nous estimons qu’un minimum de 1500 euros nets par mois serait un salaire décent, cette augmentation doit être la conséquence d’un relèvement du salaire brut mensuel afin de préserver la solidarité. Stop aux discriminations à l’embauche! C’est tous ensemble: femmes, hommes, jeunes, moins jeunes, belges et immigrés que nous vaincrons la crise!

Réduction du temps de travail sans perte de salaire avec embauches compensatoires!

Alors que la productivité a fortement augmenté, le (la) travailleur (-euse) n’en a rien tiré. Pour avoir un salaire et une pension convenables, on doit travailler de plus en plus longtemps (heures supplémentaires,…)alors qu’il y a de plus en plus de chômeurs: on approche les 800.000 cette année! Il faut partager l’emploi, et pour cela, il est nécessaire et urgent de diminuer collectivement le temps de travail, sans aucune perte de salaire et avec des embauches compensatoires!

Stop à la contractualisation des droits! Stop à la Chasse aux Chômeurs! Suppression du plan JOBTONIC et du stage d’attente!

Les jeunes ne veulent pas être l’armée de réserve du capitalisme, soumise docilement aux pressions de l’ONEM et du FOREM. Nous voulons travailler dans des conditions de travail et de salaire décents, être reconnus pour nos compétences et non parce que nous « collons » à tel ou tel plan d’embauche! Nous voulons de quoi vivre, pendant nos études et après, car le bénéfice des allocations d’attente ou sociales est un DROIT!

Un enseignement gratuit et de qualité pour tous!

L’enseignement doit être refinancé à hauteur de 7% du PIB et doit permettre à chacun(e) de s’ épanouir selon son choix et non selon ses moyens financiers. Les degrés d’enseignement technique et professionnel méritent une attention particulière car ces filières développent parfois un artisanat très recherché. Stop aux discriminations entre élèves et entre étudiants! De plus, l’école, comme tout service public doit être au service de la population et donc former de futur(e)s citoyen(nes)s à l’esprit critique et à la solidarité et non des travailleurs et travailleuses serviles.

Halte au « détricotage » de la sécurité sociale, renforcement de nos droits conquis!

Il est impératif de conserver et de renforcer un service public de protection, d’assurance sociale, garant de l’entraide intergénérationnelle. Il est inadmissible que la part de salaire que nous avons choisi de différer en cas de maladie, de perte d’emploi, de vieillesse,… finisse dans les poches des employeurs sous forme de réduction de cotisations, d’intérêts notionnels ou d’aides publiques en tous genres, sans aucune garantie de création ou de maintien d’emploi dans des conditions décentes. Ces aides doivent être conditionnées et contrôlées ou supprimées. Aidons plutôt les travailleurs (-euses) en sont victimes!

Stop aux privatisations! Renforcement des services publics.

Les travailleurs et travailleuses ont créé les services publics pour garantir à toutes et tous de pouvoir accéder aux soins, à la mobilité, à l’enseignement, à une qualité de vie conforme à la « dignité humaine »,… Sans services publics, le GoPass , par exemple, nous reviendrait 5 fois plus cher et beaucoup de bureaux de poste n’existeraient plus! Les services publics ne peuvent pas être placés dans les mains d’entreprises privées pour qui la recherche de profit passe inévitablement par des restructurations, du chômage et des emplois précaires. Je choisi le service public plutôt que la compétitivité. Je choisi la solidarité plutôt que le profit!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s